Les anges existent-ils vraiment ?

agrandir Les anges existent-ils vraiment ?
© Wattanapon / Fotolia
Les anges existent-ils vraiment ?
© Wattanapon / Fotolia

Trouve-t-on des anges dans nos campagnes ? Si oui, entonnent-ils l’hymne des cieux ? Et dans ce cas, l’écho de nos montagnes renvoie-t-il  ce chant mélodieux ? Pour répondre à toutes ces questions, nous avions besoin des services d’un professionnel. Cela tombe bien, Étienne Madranges est « chasseur d’anges ».

À propos de l'article

  • Publié par :Mikaël Corre
  • Édité par :Cécile Picco
  • Publié dans Pèlerin
    7022 du 29 juin 2017

Ce magistrat à Versailles (Yvelines), qui fut avocat général de cour d’assises pendant vingt ans, a développé une passion un peu baroque : photographier les créatures ailées parisiennes cachées sur les façades des immeubles, sous les fontaines et même dans les cimetières. Il en a tiré un livre* qui recense quelques-uns des 20 000 anges qu’il a photographiés au fil des ans.

« Je ne me suis pas restreint à la capitale, précise ce passionné d’art sacré qui a arpenté jusqu’aux routes les plus étroites de France et d’Italie à la recherche de chérubins. J’ai même trouvé de nombreux anges dans nos campagnes militaires, sur des vitraux montrant des soldats pendant la Grande Guerre. » Dans l’église d’Allerey-sur-Saône (Saône-et-Loire), par exemple, le maître-verrier s’est permis de représenter l’archange saint Michel à la tête de l’armée française, glaive à la main, étonnamment coiffé d’un bonnet phrygien. « Vous trouvez des représentations similaires de l’autre côté du Rhin, ajoute Étienne Madranges. Les anges semblent alors avoir changé de camp… »

Ces créatures invisibles peuvent être laïques (ces bébés potelés et ailés que l’on nomme chérubins ou « putti » dans l’art baroque), archanges (chargés d’une importante mission, comme l’Annonciation), simples séraphins (Isaïe précise alors qu’ils ont six ailes) ou encore anges gardiens (fêtés le 2 octobre). « Je suis persuadé d’en avoir un, témoigne Étienne Madranges. Cela fait parfois rigoler les gens, mais je crois réellement qu’il me protège. » Le magistrat parle d’accidents évités à moto et d’une protection contre « le démon » des jeux d’argent : « Je ne crois pas qu’un ange soit vraiment une créature ailée qui se balade dans l’espace intersidéral, mais je suis tout de même sensible à la beauté de ses représentations. Ce sont elles qui nous portent vers Dieu. »

Ou qui nous aident au quotidien. Un homme se tient assis sur un muret. Un ange sans ailes s’approche et pose une main sur son épaule. « Ses idées les plus noires s’éclaircissent alors, indique le P. Jean-Baptiste Edart. J’aime beaucoup cette scène des Ailes du désir (1987), du réalisateur Wim Wenders. Les anges peuvent nous aider à entrer dans une paix plus profonde », assure ce théologien qui a notamment enseigné l’angéologie à l’Université catholique de l’Ouest, à Angers. L’Église reconnaît donc l’existence des anges ? « Bien sûr ! Dans le Credo, nous prions le Dieu créateur de l’Univers visible et aussi invisible. Nous parlons alors des anges. »

Ces derniers sont présents dans la Bible, depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse. Dans l’Évangile de Matthieu (Mt 18, 10), le Christ lui-même en parle : « Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits : car je vous le dis, leurs anges aux cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux. » Ces anges glorifient Dieu. Il s’agit d’une de leurs deux missions dans la tradition chrétienne. L’autre, c’est d’intervenir dans le gouvernement du monde. « C’est-à-dire, précise le P. Jean-Baptiste Edart, aider chaque homme à devenir saint. » 

* Les anges de Paris, sentinelles de vie, autoédité, 304 p. ; 34 €.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 20 juillet 2017

Notre Librairie

Voyages et croisières